Notes sur l’auteur

Charles-Marsan-pic
Autoportrait

Charles Marsan

(vétérinaire – rédacteur – bioéthicien)

Charles est titulaire d’un baccalauréat en biologie (option écologie) de l’Université du Québec à Montréal (1983) et d’un doctorat en médecine vétérinaire de l’Université de Montréal (1988). Il a pratiqué la médecine vétérinaire au Québec, pendant quinze années, chez les petits et les grands animaux. Depuis 2005, Charles s’intéresse particulièrement à la recherche sur le harcèlement psychologique individuel. En 2007, il retourne aux études à l’Université de Montréal pour réaliser un baccalauréat par cumul de certificats en rédaction, journalisme et multimédia, puis une maîtrise en bioéthique sur les enjeux soulevés par les conflits d’intérêts en pratique vétérinaire des animaux de compagnie qu’il termine à l’été 2012. Il poursuit actuellement ses études au doctorat en bioéthique en explorant la perception du concept de conflits d’intérêts chez divers acteurs dans le contexte universitaire. Il est notamment éditeur de section pour la revue canadienne de bioéthique et secrétaire de l’association québécois en éthique clinique.

2 réponses sur “Notes sur l’auteur”

  1. Bonsoir,
    Je viens de prendre connaissance de votre texte. L’idee de former un mouvement associatif pour soutenir, épauler et réconcilier les personnes victimes de harcèlement moral dans le milieu professionnel me tente depuis plus de 2 ans. J’ai été moi même victime de harcèlement. Je me suis reconnue en lisant votre papier. J’ai été obligée de prendre un congé sans solde ..de guerre lasse. J’ai été jusqu’au tribunal administratif. Mais ce mal est peu reconnu ou prou au Québec..même le syndicat et mes avocats étaient frileux à s’y mettre. .. le fardeau de la preuve disent. On vous a mis sur la tablette? Mais vous êtes payée et bien payée…

    Depuis 2 ans, j’ai proposé l’idée autour de moi et je suis à l’elaborer.
    Je propose donc ma collaboration.
    Merci!

    1. Bonsoir,
      Lorsque j’ai rédigé ces textes sur le harcèlement, en 2007, nous étions loin de la compréhension que nous en avons aujourd’hui. Je continue de croire que si j’avais su en quoi conciste ce fléau, je n’aurais pas tout perdu. Contrairement à vous, on ne m’a pas mis sur la tablette et encore moins payé, car l’objectif des pervers du genre de ceux que se sont attaqués à moi, c’est d’affaiblir leur cible en lui retirant, premièrement, toutes ses ressources, ses contacts et amis, son travail, sa sécurité… jusqu’à ce que l’emprise sur elle soit totale.
      Dix années plus tard, je recommence lentement à faire confiance.
      Je serais heureux de vous aider à aider les autres,
      Très cordialement,
      Charles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *