Le clou qui dépasse

Ariane Bilheran, docteure en psychologie clinique de l’université de Provence, explique que le harcèlement vise la destruction progressive d’un individu ou d’un groupe par un autre individu ou un groupe, au moyen de pressions réitérées destinées à obtenir de force de l’individu quelque chose contre son gré et, ce faisant, à susciter et entretenir chez l’individu un état de terreur. (Le harcèlement moral, Armand Colin, Paris, 2006, p. 7).

Dans le harcèlement moral (HM), contrairement à ce que l’on croit, les victimes ne sont pas des personnes faibles, mais fortes. Plus l’individu visé est résistant, plus loin va le harcèlement, le but étant de détruire la cible. Ainsi, la réalité des victimes, par les moyens utilisés pour les éliminer, dépasse toujours la fiction.

Mettre l’autre à genou…

Le HM est avant tout un processus d’assujettissement d’un individu qui, justement, ne se soumet pas. La cible typique étant une personne autonome qui n’a pas besoin des autres pour se réaliser.

Je vous parlerai ici de la plus extrême forme de harcèlement : le harcèlement individuel que le Conseil économique et social à Paris résume ainsi :

Dans le harcèlement individuel, le harcèlement est intentionnel, vise à humilier, détruire l’autre et à valoriser son pouvoir social ou personnel. L’instrumentalisation des individus et des instances par ces personnalités perverses retarde ou rend impossible la reconnaissance des agissements délictueux, tant leurs procédés peuvent être hostiles, subtils et redoutablement efficaces, surtout face à des individus fortement investis dans leur métier.